CFA or MBA: Which is right for you?

5 novembre 2012 2 commentaires

A lot of people are wondering whether they should seek a CFA in place of the more traditional MBA. Which will get them ahead? Which will make them more marketable? Which will attract a bigger compensation package?

Whether you should seek a CFA, an MBA, or both has everything to do you’re your professional goals, says Joshua Wimberley, a client partner in recruiter Korn/Ferry’s financial officers practice. Simply put, if your goals include anything but asset management, a CFA isn’t for you.

Focus on Asset Management

“The CFA is of huge importance in the asset management industry,” Wimberley explains. “An MBA is more for investment banking or business in general. It’s the standard educational background on Wall Street. If you want to go into investment banking, there is no need for a CFA. It’s really comparing apples and oranges.”

In short, the CFA gives you the technical skills to succeed in investment management, while an MBA prepares you for a broad range of challenges in the business world. Even for those dedicated to investment management, the big-picture business know-how an MBA affords can propel your career and earnings.

Even executives with the CFA Institute encourage an MBA for those seeking their designation. Bob Johnson, managing director of the CFAI’s education division, says the MBA and CFA are “complimentary, not competitive” designations. “I do realize people have a limited amount of time and need to prioritize what educational opportunities they avail themselves of,” says Johnson. “For a young person who is preparing for a career in investment management, both educational opportunities are something they should consider.”

‘The Ideal Career Path’

Johnson lays out what he considers an ideal career path for a recent college grad committed to asset management: Enter the CFA program while working full-time. With the work experience and the CFA designation, enter a MBA program – also while working. “Think about it,” he says. “You are 28, 29 years old with both a CFA and an MBA and six years of work experience.” In addition, he notes, “most employers in the investment management business will subsidize the cost of a CFA program and an MBA.”

Meanwhile, Korn/Ferry’s Wimberley believes a junior-level asset management professional with a CFA alone should succeed. “If you’re talented and a high performer and all you want to do is asset management, I would say get an CFA,” he says, adding that the treasurers of many Fortune 1,000 companies, CFOs and controllers have Level 3 CFAs only.

To those who suggest the CFA is replacing the MBA, Dave Wilson, president and CEO of the Graduate Management Admission Council, says: “Not a chance.” The CFA charter produces “first-class analysts,” he says, but an MBA covers the fundamentals of business relevant to every type of organization, from entrepreneurial start-ups, to multinational corporations, not-for-profits, and government agencies. “An MBA prepares someone to work within an organization as it relates to margins, strategy, mission, marketing and human resource issues,” he says. “That will always make the MBA a relevant degree.”

Publicités

Les 5 forces de Porter appliquées à l’iPad

Where CEOs Spend Their Time (& Money) on Social Media | Inc. 5000

Financial Intelligence What Is Inflation

Financial Intelligence: An Introduction To The Balance Sheet

Porter’s five forces model

5 Little-Known iPhone and iPad Apps for Startups

5 Little-Known iPhone and iPad Apps for Startups

Being a small business owner can be like playing in a one-man band. Accounting, shipping, sales and administrative tasks all fall on you. With this in mind, Apple has put together a collection of appsdesigned to help any new business owner work faster and more efficiently.

Here’s a look at five new or recently updated iOS apps that you might have missed:

1. Invoice2Go: This app helps you create invoices and estimates on your iPhone or iPad. You can create a master list of regular billable items, or use the Receipts2go plugin to bill for client-specific supplies. Completed invoices can be emailed or printed right from the app. 

Invoice2Go also has a reporting tool that lays out your financial situation at a glance. You can create three invoices for free. Paid plans start at $24.99 a year for up to 100 invoices.

Related: 4 Simple iPhone Apps for Creating and Editing Documents

2. Docusign Ink: Eliminate printing and scanning with this app, which lets you sign all kinds of documents electronically. Import documents from a cloud drive or take a picture with your device’s camera. Docusign Ink converts the document so you can drag your pre-set signature into place. Then save and send.

Need a client to sign off on a work order, sale or contract? You can use Docusign Ink to request a signature by email or have clients sign off digitally in person. You can sign unlimited documents for free, but there is a limit of five additional signatories before you’ll be asked to purchase a yearly plan starting at $15 a month.

Doucsign Ink is also available on Android.

3. Bento 4 for iPad: This personal database app was recently redesigned for the iPad making it even easier to organize and present data. What makes Bento 4 different from the average spreadsheet tool is that it allows you to combine your tables with text fields and images by simply dragging and dropping boxes on to one of 40 free templates.

Use Bento 4 to create a product catalog for sales meetings, to manage multi-step projects or build a detailed contact list. The iPad app costs $9.99 and syncs with Bento’s desktop software for the Mac.

4. Concur: This app is an organizational tool for frequent travelers. Use it to book hotel rooms, check airline reservations and manage your itinerary. Once you’re on the move, use Concur to track your expenses as they occur. You can type information by hand, scan receipts or use e-receipts to add data. At the end of your trip, Concur combines all of the information into a finished expense report. Also available on Android, the app is free for iPhone and iPad but you’ll need to link it to a desktop Concur account. Subscriptions start at $8 per person, per month.

5. Delivery Status Touch: If you send or receive a lot of packages each month, Delivery Status Touch can help keep track of them. 

For $4.99, the app works with the major delivery services and pulls information automatically from Amazon, Apple and Google Checkout. Once you input a package, it gets added to the home screen. From there, you can see the progress of every item — coming or going.

           Source: Entrepreneur Magazine

What is CHANGE MANAGEMENT?

iPhone 5 vs Samsung Galaxy S3: Faîtes votre choix

APPLE/SAMSUNG. Nous étions habitués aux rivalités Apple/Windows par le passé, il va falloir aujourd’hui compter avec la rivalité Samsung/Apple. Je trouve ce feuilleton chargé de symboles, puisque parmi les deux géants de l’électronique qui s’affrontent, l’un est coréen et l’autre, américain.

La nouvelle bataille des deux géants se déroule sur le front des ventes de la dernière version de leurs smartphones. 20 millions d’exemplaires du Samsung S III ont été vendus en moins de 100 jours. Apple, pour sa part, a vendu 2 millions d’iPhone 5 en 24h. La bataille s’annonce, encore une fois, serrée.

Je vous propose, à l’occasion de la sortie de l’iPhone 5 en France, de jauger les forces en présence : S III vs iPhone 5, c’est parti !

1. Puissance : égalité

 Question puissance, je trouve les deux adversaires bien dotés. Côté iPhone 5, nous avons la très attendue puce « A6 », et pour le S3 un processeur qui a dévoilé toute sa puissance lors de bancs d’essai.

Pas facile de se prononcer sur ce chapitre, car aucun test du nouveau processeur d’Apple n’a encore été publié. Personnellement, je suppose que l’A6 est plus puissante – et, espérons-le, moins consommateur – que le processeur présent sur l’iPad de troisième génération. Cela devrait donner un très léger avantage à l’iPhone 5.

Au niveau de la mémoire de travail, dite mémoire « vive », qui influence la rapidité d’exécution des tâches ou la fluidité de l’image, les deux terminaux affichent une capacité identique.

iphone 5

2. Batterie : avantage S III

 Malgré de meilleures performances de l’iPhone 5 en matière d’autonomie – très légères -, la nouvelle batterie a une capacité identique à celle de l’iPhone 4S.

Cette batterie ne suffira donc pas pour supplanter le Samsung Galaxy S III. Celui-ci intègre pour sa part une batterie plus puissante, un élément que je trouve important pour le consommateur. Cette spécificité en fait le meilleur élève du marché.

3. Capacité de stockage : avantage S III

 Le S III dispose d’une capacité de stockage interne de 16 à 64 Go, et un complément possible via un port externe. L’iPhone 5 propose les mêmes capacités que le 4 S, de 16 à 64 Go. Mais il ne propose pas de port externe : cela reste pour moi un gros point faible de l’iPhone.

4. Design : avantage iPhone 5

 Que vous soyez sensible au design plus doux et féminin du S III ou à celui plus anguleux et masculin de l’iPhone, le design est une question de point de vue. J’affirme, pour ma part, qu’aucun appareil n’égalera le plaisir d’avoir un iPhone en main.

Le verre de la façade avant, l’aluminium de la façade arrière et le poids en main de l’iPhone 5 offriront les sensations que j’attends d’un appareil dont le premier prix hors abonnement est de 679 euros.

5. Connectivité : large avantage S III

 Que ce soit du point de vue du port externe ou de la prise mini USB, Samsung joue l’ouverture. A contrario, je reproche à l’iPhone de rester enfermé dans son univers avec sa prise propriétaire « Lightning » et son absence de port externe. Le changement de dock fait aussi couler beaucoup d’encre et l’adaptateur vendu 29 dollars me fait hurler.

Samsung Galaxy S3 vs iPhone 5 5

Le Samsung Galaxy S3 (Capture d’écran)

6. Écran : petit avantage iPhone 5

Malgré des mensurations plus aguichantes pour le Samsung, je trouve que la technologie de l’écran de l’iPhone offre une plus grand qualité des couleurs et du noir, et une meilleure réponse de l’écran.

7. Accessoires : avantage iPhone 5

Avec un nouveau design pour les écouteurs de l’iPhone 5, le connecteur et le chargeur, je donne là aussi un léger avantage à Apple. Je trouve d’ailleurs que tous les équipements fournis avec les iPhone sont de meilleure qualité que ceux proposés par Samsung.

8. Caméra : égalité

L’iPhone 5 comme le Samsung Galaxy S III sont livrés avec un capteur de 8 M Pixels et une LED flash.

9. Comportement général : avantage Samsung

 Les deux systèmes d’exploitation et les deux magasins d’application sont aujourd’hui de qualité suffisamment proches pour ne pas être de mon point de vue un critère discriminant. Je donnerai toutefois le bonus d’un point à Samsung pour son ouverture sur les « standards » du marché, au niveau des formats audios, vidéos et multimédias.

Conclusion : avec 4 points pour le Samsung Galaxy S III et 2,5 points pour l’iPhone 5…

Source: Nouvelobs.com

Alcatel-Lucent lance une solution de marketing mobile intégrant réseaux sociaux et géo-localisation afin d’enrichir les programmes de fidélisation des marques grand public

Alcatel-Lucent lance une solution de marketing mobile intégrant réseaux sociaux et géo-localisation afin d’enrichir les programmes de fidélisation des marques grand public en France Permet aux consommateurs de suivre leurs marques préférées sur leurs téléphones mobiles en s’inscrivant comme « fans » de leurs marques sur facebook ; Apporte aux marques et aux agences de publicité/marketing un service de bout en bout permettant de gérer les opt-ins sur les pages fans ou tout autre canal tel que le SMS, l’Internet et les applications Smartphone Utilise la réalité augmentée comme nouveau support pour la diffusion d’information et la promotion des marques. Offre aux marques et aux agences une solution permettant de réaliser des campagnes promotionnelles par SMS ou par notification smartphone. Intègre la géolocalisation comme moyen de ciblage des opérations marketing telles que le couponing mobile

source: alcatel-lucent.com

Alerte : La Bourse de Casablanca connaît son 1er incident majeur

Dans un communiqué publié ce matin, Mediaco Maroc annonce qu’elle est désormais dans l’incapacité de faire face de manière normale à ses engagements financiers qui se montent à 255 millions DH (MDH) dont 50 MDH d’Emprunt Obligataire. Et, compte tenu de l’incapacité financière affichée de l’actionnaire principal à soutenir le plan de restructuration en cours d’exécution et de la nécessité absolue de reprofiler la dette de la société, le conseil d’administration de Mediaco Maroc a décidé de recourir aux dispositions des articles 560 (et suivants) du code de commerce relatifs au traitement des difficultés de l’entreprise. En d’autres termes, la société enclenche les procédures pour un redressement judiciaire. Mediaco Maroc étant cotée à la Bourse de Casablanca, cette dernière va ainsi vivre son 1er incident majeur. Cette situation nous amène à nous poser plusieurs question :- Quid des petits porteurs et des porteurs des obligations cotées (Sicav, grand public…) ?- Comment cette société a-t’elle pu s’introduire en Bourse et émettre des obligations cotées ?- Pourquoi tout cet endettement ?- Les petits porteurs se constitueront-ils en association pour faire toute la lumière sur cette affaire ?

 

source: Infomédiaire

Facebook : nouvel outil marketing des entreprises ou effet de mode ?

Depuis quelques années, on assiste à un nouveau phénomène sur Internet : les réseaux sociaux comme FaceBook, MySpace, LinkedIn, OpenBC, Viadéo, 6nergie attirent plusieurs millions d’internautes dans le monde. Même la Chine s’y intéresse : Li Ka-Shing, magnat de Hong-Kong, a investi récemment 60 millions de dollars sur Facebook.

Pourtant, la notion de réseau social ou de communauté virtuelle n’est pas une idée nouvelle dans le domaine du marketing. Depuis de nombreuses années, des sociétés pratiquent même le marketing communautaire, inspiré des travaux du sociologue Maffesoli adaptés ensuite au domaine de la consommation par Bernard Cova. Leur théorie repose sur l’idée selon laquelle nous vivons dans une société de progrès, individualiste et mondialisée dans laquelle l’individu perd ses racines. Le cercle familial est souvent en déclin (nombreux divorces par exemple), la famille éclatée aux quatre coins du monde. On ne vit plus toute sa vie dans le même village en travaillant dans la même entreprise comme cela était le cas auparavant. La conséquence est que l’individu cherche à se « ré-enraciner » au sein d’une communauté, au travers d’échanges et de partage. Il va ainsi restaurer son capital social. Le Web accentue ce phénomène en facilitant la création de communautés virtuelles dans lesquelles les internautes vont pouvoir échanger. Certaines marques comme Hardley Davidson, Ducatti, Nike, Pampers ou Nutella ont bien compris cette évolution et développent des stratégies marketing autour de communautés virtuelles très actives. Il existe généralement quatre grands types de communautés virtuelles, en fonction de l’intensité des liens entre les individus : les communautés de transaction (par exemple un site de vente de vins ; les liens entre les internautes sont peu intenses) ; les communautés d’intérêt où les internautes se retrouvent autour d’un même thème (la santé par exemple, comme le site à forte audience Doctissimo) ; les communautés d’imagination (jeux virtuels, second life ; les internautes ont un lien fort au travers d’avatars ou de personnages virtuels) ; les communautés d’expérience, qui relient des personnes ayant vécu des expériences similaires (les liens entre les internautes sont alors intenses), ce sont par exemple des sites autour d’une passion (voile, kite surf,..) ou d’une grave maladie (de nombreuses communautés existent sur le cancer).

La particularité d’un réseau social comme Facebook est qu’il est à lui seul un mélange de plusieurs types de communautés virtuelles. Selon Thierry Crouzet, auteur du Peuple des connecteurs, cette révolution du réseau social n’est pas liée aux plates-formes mais avant tout à une révolution sociétale liée à notre manière de nous connecter de plus en plus, quels que soient les moyens. La société se complexifie et devient plus horizontale et moins pyramidale.

Ces évolutions ont amené plusieurs chercheurs à analyser ce phénomène et à étudier son intérêt pour les entreprises.

Qu’est ce qu’un réseau social sur Internet ?

Selon Danah Boyd, experte en media social de l’université de Berkeley en Californie, « un site de réseau social est une catégorie de site web avec des profils d’utilisateurs, des commentaires publics semi-persistants sur chaque profil, et un réseau social public navigable (« traversable ») affiché en lien direct avec chaque profil individuel. »

La croissance de ces réseaux est explosive depuis 2003 et les jeunes en raffolent. On y reproduit généralement les schémas sociaux habituels et, pour la plupart d’entre eux, le modèle économique repose sur la monétisation des services. Généralement, la règle du 1% du web 2.0 s’applique : sur 100 personnes en ligne, une personne va créer un contenu inédit, 10 vont interagir avec le contenu créé et l’enrichir (commenter, améliorer, tagger, recommander, noter, …) et les 89 personnes vont l’utiliser et le consommer.

Certains réseaux sociaux sur Internet sont devenus aujourd’hui de véritables outils de promotion. MySpace (musique, vidéo, comédie), a généré aux Etats-Unis 45 milliards de pages vues en juillet 2007. Les gens viennent  s’y exprimer, se connecter avec d’autres, se divertir.  L’objectif initial de Facebook est plutôt de connecter des personnes entre elles, qui se sont en général connues préalablement off line. La compétition entre Facebook et Myspace est toutefois rude: 65% des utilisateurs de Facebook ont aussi un compte sur MySpace.

Une récente étude réalisée par l’institut américain de recherches en sociologie de l’Université de Columbia confirme la théorie avancée en 1967 par le sociologue et psychologue américain Stanley Milgram, celle de l’effet de petit monde. Elle stipule qu’il n’y aurait que six degrés de distance entre une personne et n’importe qui d’autre dans le monde. Sa théorie développe également la notion de chemin critique : plus les réseaux sociaux impliqués sont larges et dotés de nombreuses connections et plus ce chemin sera court.

De l’autre côté de l’océan Atlantique, l’anthropologue britannique Robin Dunbar s’est penché sur la question du capital social. Ses recherches, entres-autres sur le néocortex humain, lui ont permis de découvrir en 1993 une théorie qui stipule qu’un individu lambda au sein de sa communauté détient en moyenne un nombre de 150 connaissances ou relations sociales stables autour de lui et qu’au-delà de ce nombre, il lui est difficile de maintenir la stabilité des relations supplémentaires. Ses recherches montrent qu’un individu possède au courant de sa vie un réseau personnel, capital social lié à son champ d’interactions sociales.

Quelques faits et chiffres  sur les réseaux sociaux en ligne…

Selon Pew Internet Project, janvier 2007, 55% des adolescents américains internautes vont sur des sites de réseaux sociaux. Si au total 55 % des jeunes internautes déclarent avoir créé leur profil personnel, ils sont plus de 9 sur 10 à l’avoir fait sur la base de ceux qui déclarent fréquenter les sites de réseaux sociaux. C’est notamment chez les jeunes filles de 15 à 17 ans que le pourcentage de création des profils sur ces sites est le plus important : elles sont 70 % à déclarer l’avoir créé, contre 57 % du côté des garçons du même âge. Mais tous les jeunes qui déclarent avoir créé leur profil ne choisissent pas de le rendre visible par l’ensemble de la communauté : seuls 31 % affirment avoir rendu leur profil accessible à tous, contre 45% qui ont choisi de le rendre visible à leurs amis uniquement. 21 % des jeunes utilisateurs de ces réseaux sociaux ont en revanche choisi de ne pas le rendre consultable pour le moment. Quasiment un jeune utilisateur des réseaux sociaux sur deux visite ces sites ou met à jour son profil au moins une fois par jour. 22 % d’entre eux déclarant même le faire plusieurs fois dans la journée.

Les réseaux sociaux en ligne: quel impact psychologique ?

Le psychologue Will Reader et son équipe de l’Université Sheffield Hallam démontrent que les contacts en personne sont presque toujours nécessaires pour développer de véritables amitiés. « Bien que le nombre d’amis que les gens ont sur ces sites puisse être énorme, le nombre d’amis proches est environ le même que dans le vrai monde », dit Will Reader. Au début des années 90, des scientifiques ont établi que la plupart des gens ont 150 connaissances, mais seulement cinq amis proches. Ces chiffres demeurent d’actualité malgré la multiplication des modes de communication.

Cependant, le chercheur Horrigan, Boase et ses collègues (Pew Internet Project, 2006) montrent que les communications électroniques permettent de constituer des réseaux sociaux solides, même s’ils sont dispersés géographiquement. Ces nouveaux réseaux ne se constituent pas au détriment des réseaux sociaux de proximité traditionnels (quartier, village, collectivité) déjà existants. Jean-Pierre Cloutier souligne même que l’Internet joue un rôle social bénéfique dans un monde construit autour de « l’individualisme réseaucentrique » c’est-à-dire un réseau construit autour de chacun, dont on sollicite les personnes ou les ressources différemment selon les situations.

Valkenburg et ses collègues (Cyberpsychology & Behavior, 2006) montrent cependant que la fréquence avec laquelle les adolescents utilisent le site a un impact indirect sur leur propre estime et leur bien-être. Selon ces auteurs, les remarques négatives reçues sur ces sites diminuent l’estime de soi et le bien être, 7% des adolescents en recevant ponctuellement voire régulièrement. Cependant, pour ces adolescents, l’utilisation de ces réseaux d’amitié peut être aussi un moyen efficace pour accroître leur estime de soi si les réponses qu’ils reçoivent sont positives. Cette étude suggère donc aux utilisateurs d’apprendre à optimiser leur présentation dans leur profil en ligne.

Certains chercheurs montrent aussi que les événements stressants de la vie quotidienne entraînent une consommation d’Internet comme outil de divertissement, de recherche d’information et de compensation sociale (gain de reconnaissance, encouragement et maintien de relations online). Ces événements stressants tels que les problèmes parentaux, un nouveau membre dans la famille, la maladie, le décès, la séparation ou les échecs scolaires trouvent un exutoire dans l’utilisation d’Internet, nouvel appui affectif. Les forums, les blogs, les chatrooms, toutes les activités liées au Web 2.0, souvent utilisées le soir, s’apparentent pour les adolescents à un outil de relaxation qui réduit temporairement le stress et l’anxiété.

Le chercheur Seok Kang développe le concept de « désincorporation » (absence de corps physique dans le cyberspace) dans l’interactivité sociale en ligne : les personnes se cachent derrière leur ordinateur afin d’avoir des relations sociales. Ces motivations semblent amplifier fortement la solitude et la dépression. Cependant, d’autres études montrent que les chats room peuvent aussi impacter positivement le bonheur des individus, notamment des femmes. Campbell et ses collègues (CyberPsychology & Behavior, 2006) expliquent même qu’Internet peut avoir des vertus thérapeutiques et améliorer la confiance en soi et la relation avec autrui

Mais quel est donc le modèle économique de Facebook ?

Même si Facebook réunit des internautes qui adorent échanger entre eux, son modèle économique reste des plus classiques: ses principaux revenus en 2006 sont issus de bannières publicitaires (montant évalué entre 60 et 96 millions de $). Son système de flyers permet aux utilisateurs de faire leur propre publicité sur Facebook à petits prix en fonction du nombre de fois où le flyer, disposé sur la page gauche de la page, sera vu. Depuis septembre 2007, ces flyers sont ouverts aux professionnels. La deuxième source de revenus provient des partenariats (300.000$ environ pour 3 mois de présence). Plus de 150 entreprises sont présentes : Apple (plus de 400.000 membres), Nike, Victoria’s secret (près de 350.000 membres, JP Morgan Chase, …). Il s’agit pour l’entreprise de créer un espace personnel où les utilisateurs peuvent échanger. La dernière source de revenu est l’ensemble des cadeaux vendus à un prix très faible (1 $).

Le chiffre d’affaires de Facebook est estimé à 150 millions de $, l’entreprise ferait un bénéfice de 30 millions de $.

Y-a-t-il un intérêt pour une entreprise à aller sur Facebook ?

Communiquer

Les entreprises ont tout d’abord cherché à utiliser Facebook comme outil de communication et de buzz. Aujourd’hui, de grandes marques sont présentes sur Facebook, cherchent à devenir « amis » des membres et à contacter leurs relations. L’objectif est ensuite classique : envoyer des publicités personnalisées en fonction du profil de la personne, créer du buzz autour d’un produit ou d’une marque. Il est vrai que les données généreusement fournies par les membres sont riches et beaucoup plus originales que les bases de données classiquement utilisées en marketing. On y trouve non seulement tous les critères socio-démographiques classiques mais aussi les goûts des internautes, leurs passions, la manière dont ils en parlent, et leur réseau d’amis. Un rêve pour les publicitaires.

Facebook a donc annoncé en novembre 2007 la possibilité pour les annonceurs de cibler ses membres. De plus, le site mentionne que si un membre entre en contact avec la page d’une entreprise, cette interaction « se diffusera sur tout le graphique social » de l’internaute (la liste de ses contacts sur Facebook).

Devant les nombreuses réactions, à la fois de ses membres et de défenseurs de données personnelles sur Internet (comme l’Electronic privacy Information Center par exemple), Marc Zuckerberg, fondateur et CEO de Facebook, a dû revenir en arrière en décembre, laissant à ses membres le choix de se désabonner de l’offre publicitaire.

On peut donc supposer que le premier système publicitaire de Facebook, fondé sur les données des profils des membres (« Social ads »), ne sera pas aussi utilisé qu’initialement prévu, même si la réaction négative des membres restent à être confirmée au cours du temps.

Cependant, un autre moyen de communiquer sur Facebook (le « Beacon »), consiste pour un annonceur à placer une application sur une page Facebook (par exemple une entreprise de voyage créant une application pour réserver des billets de train ou d’avion). Le développement d’applications sur Facebook n’en est qu’à son balbutiement et constitue probablement un prochain mode de communication destiné à obtenir une réponse comportementale directe de l’individu et non pas juste à susciter son attention.

Une étude intéressante a été réalisée par Microsoft Digital Advertising Solutions en 2007 parmi les utilisateurs de réseaux sociaux. Son rapport intitulé « Word of the Web Guidelines for Advertisers » fournit des conseils clés aux annonceurs désireux d’exploiter et de monétiser les réseaux sociaux. Certains chiffres révèlent une tendance porteuse pour les réseaux sociaux : 23 % des utilisateurs de réseaux sociaux ajoutent des commentaires aux publicités ; un quart d’entre eux transmet une publicité à un ami ; 60 % des consommateurs sont prêts à placer du contenu sponsorisé sur leur espace personnel ; 43 % d’entre eux ont visité l’espace personnel d’une marque et 16 % y ont déjà participé à un dialogue. Cette étude estime de plus à 215 millions le nombre de comptes d’utilisateurs sur les sites de réseaux sociaux du monde entier…

Certaines entreprises ont connu un grand succès avec Facebook, comme Target Stores par exemple (6% d’augmentation des ventes selon elle). Pour sa stratégie sur Facebook, Target Stores a quand même investi 500.000 dollars pour des pages sponsorisées ou des bannières Internet dans le but de comprendre les préoccupations et inquiétudes des étudiants d’université angoissés par leur avenir professionnel. Target stores trouve ensuite des solutions à ces étudiants.

En revanche, les magasins Wal-Mart ou la chaîne de restauration Mac Donald’s ont vécu des expériences plus mitigées sur Facebook. Les critiques négatives d’étudiants fusent souvent en matière de politique d’emploi. Les nombreuses tentatives de Wal-Mart ou MacDonald’s pour se rapprocher de leurs consommateurs sont restées souvent infructueuses: mise en ligne de leur propre page sur Facebook (trop promotionnelle), création d’un réseau social The Hub (pas de participation), débats en ligne (trop de critiques)….

Autre exemple : la banque HSBC, contrainte en Angleterre de modifier ses montants de découvert face à un groupe d’étudiants très virulents sur Facebook, dont l’audience augmentait dangereusement…

Utilisation des données Facebook par les services de Ressources Humaines

Facebook est également aujourd’hui scruté par les départements de ressources humaines (RH) des entreprises. Une première application est interne : certains professionnels en RH ont analysé le rôle des ces réseaux et ont décidé de l’appliquer dans le management des employés (HR Focus News, 2007). Une fois le candidat sélectionné et engagé dans l’entreprise, une récolte d’informations est opérée à son sujet sur Internet et plus particulièrement sur les sites comme MySpace ou Facebook. Selon certains experts, ces renseignements peuvent avoir un rôle positif dans leur manière de manager les nouveaux employés, notamment en termes de recrutement, de formation et de rétention. Un logiciel de management a même été développé afin de permettre aux employés de créer leur profil comme sur Facebook, avec des rubriques comme « projects » (challenges ou idées), « applause » (remerciements, félicitations), « favorites » (liste des préférences), et « gets together » pour favoriser les événements sociaux entre travailleurs.

Une récente étude effectuée par Society Human Ressource Management (SHRM) montre que près de la moitié des responsables RH ont tapé le nom de leur candidat sur des moteurs de recherche tels que Yahoo ou Google avant même de leur faire une offre d’emploi. De même, 1 responsable RH sur 5 avoue avoir disqualifié un candidat à cause des informations trouvées sur le Net. Les réseaux sociaux tels que Facebook ou MySpace sont utilisés par certains recruteurs afin de connaître le contenu de leurs discussions (photos, messages…). Se pose alors un problème d’éthique. En effet, selon Fair Credit Reporting Act (FCRA) et la protection des consommateurs, la légalité de ce procédé est discutable. Ainsi, FCRA demande à tout employeur de le notifier à ses postulants et d’obtenir leur consentement avant toute recherche sur Internet.

Quels  enjeux de demain pour les réseaux sociaux ?

Pour l’instant, malgré la forte médiatisation autour de Facebook, il n’y aucune preuve de la capacité du site à proposer des outils rentables pour une entreprise. On vit le même phénomène que pour Second Life : tous les medias ont mis en avant ce nouveau site, les dangers psychologiques liés à  la possibilité de vivre une « deuxième vie » virtuelle, un monde fabuleux plein de nouvelles idées…. Cependant, la plupart des entreprises qui ont été tentées par ce nouvel eldorado l’ont surtout utilisé comme outil d’évènementiel classique : ce sont les medias traditionnels off line qui ont raconté ces expériences. Certaines entreprises se sont aussi construit une image moderne et attractive (« on est sur Facebook ou sur Second Life »). Mais peu d’entre elles aujourd’hui revendiquent un quelconque bénéfice financier autour de ces outils.

Quels sont donc les enjeux de demain de ces nouveaux phénomènes ?

Sont-ils de purs effets de mode?

Il semble que les modèles ne soient pas encore totalement trouvés, que ce soit du côté des fondateurs de Facebook ou de Second Life comme du côté de celui des entreprises potentiellement utilisatrices de ces sites.

Deux enjeux majeurs semblent par conséquent se dessiner.

Le premier concerne les applications à développer sur ces plateformes. Aujourd’hui, la plupart des membres de Facebook y vont pour s’amuser et passer du bon temps, ils pratiquent des jeux avec lesquels ils peuvent défier leurs amis, ils discutent, partagent des photos, retrouvent d’anciens amis, découvrent les amis de leurs amis, se créent un nouveau réseau. Demain, ces applications seront beaucoup plus ciblées, réfléchies et pensées, répondant aux attentes des membres. Les entreprises voulant aller sur Facebook devront donc être beaucoup plus créatives qu’aujourd’hui pour capter ses membres avisés.  On retrouvera probablement l’avantage du pionnier cher à Michael Porter….

Le deuxième enjeu concerne la mesure de la communication par réseaux. Le constat est clair : les réseaux sociaux sont de puissants systèmes de communication. Les effets de buzz et de diffusion d’information y sont potentiellement gigantesques. L’un des principaux enjeux de demain reste par conséquent d’arriver à détecter les nouveaux influenceurs du web, à modéliser leur impact potentiel, la manière dont l’information circule dans les réseaux et les conséquences sur les comportements des individus. Cet enjeu est majeur pour mieux comprendre l’évolution de la société de l’information, la place des médias traditionnels et des nouvelles technologies dans le domaine de l’information, les évolutions des sources d’informations utilisées par les individus pour mieux comprendre le monde de demain et agir au quotidien dans tous les domaines.

source: nonfiction.fr

Votre réseau social préféré?

Fikra: poster votre idée pour améliorer les services administratifs au Maroc

il s’agit d’une nouvelle idée lancée par le ministre Ahmed Reda Chami, pour recenser auprès des internautes Marocains, des idées pour améliorer les services administratifs au Maroc.

La page vient d’être mise en ligne, et déjà des idées commencent à être postées, des idées semblent sérieuses des visiteurs souffrant de beaucoup d’inconvénients et de problèmes du système actuel de gestion des documents administratifs.

Si l’idée vous tente, alors n’hésiter pas à participer sur: http://fikra.egov.ma

Why I Put My Employees Ahead Of My Customers



Here at HCL Technologies we developed a management approach called Employees First, Customers Second that has become known around the world. It is not what you might think. It isnot a human resources initiative, as many seem to assume. « It’s an employee satisfaction program, » one person who heard about it said. « It involves picnics. » No. It is about employees, but it’s not about HR.

I have nothing against programs designed to improve the lot of employees or at least make them feel a little better. And I have nothing against human resources departments and what they do. But Employees First, Customers Second is a management approach. It is a philosophy, a set of ideas, a way of looking at strategy and competitive advantage.

The idea came from observing our company closely. We create value in one very specific place: the interface between our HCL employees and our customers. We call this the « value zone. » Every employee who works in the value zone is capable of creating more or less value. The whole intent of Employees First is to do everything we can to enable those employees to create the most possible value.

This has led us to take a number of actions to turn the organizational pyramid upside down. In other words, we want management to be as accountable to the people in the value zone as the people in the value zone are to management.

EFCS is not about making employees happy or comfortable. I don’t even really care if employees are happy. I don’t think that employee « satisfaction » is something a company should strive for. Satisfaction is a passive state, isn’t it? Satisfaction doesn’t produce change or improvement or innovation or much of anything.

As for employee « engagement, » that isn’t much better than satisfaction. I would hope that everybody, no matter what their job is, would be alert and paying some attention to what they do, would be engaged.

source: forbes.com

Télécharger une présentation du concept: Employees first, customers second

Les photos de la visite de Kaddhafi en France en 2007 ont disparu du site web de l’Elysée

Apple iPad Vs. Samsung Galaxy Tab

Samsung dévoile la nouvelle Galaxy Tab 10.1

Le géant coréen Samsung vient de dévoiler un peu avant l’ouverture du MWC sa nouvelle tablette avec un format plus conventionnelle s’intitulant : Galaxy Tab 10.1. Philippe en avait parlé précédemment mais je reviens sur cette tablette avec plus d’infos.
La nouvelle version Android Honeycomb sera présente sur cette machine ainsi qu’un processeur Tegra 2 de Nvidia pour « motoriser » le tout.
Voici les specificités techniques pour vous donner l’eau à la bouche :
– Ecran de 10.1″ tactile capacitif doté d’une résolution de 1280*800 pixels
– Processeur SoC Tegra 2 double coeur cadencé à 1 Ghz avec GeForce ULV pour la partie graphisme
– Android 3.0 Honeycomb

– Stockage de 16 ou 32 Go

– Connectivité Wifi N, Bluetooth 2.1 + EDR, Modem 3G HSPA
– Capteur photo/vidéo de 8 mégapixels à l’arrière et 2 Mégapixels à l’avant pour la visio.
– Gyroscope, accéléromètre, boussole et capteur de proximité
– Deux haut-parleurs
– Poids de 599gr
Pour le moment aucun prix ne circule, on sait juste qu’elle devrait sortir au printemps prochain. Il n’y par contre aucun ports permettant de la relier à un périphérique extérieur comme une télévision Full HD 1080p (pas de port HDMI ni de USB2.0). Surtout que cette dernière pourra lire et enregistrer du 1080p.

2011 sera-t-elle l’année du daily deal et du e-commerce au Maroc?

Daily deal, comme son nom l’indique en anglais, faire des bonnes affaires chaque jour; un concept qui était initié en US et en europe par des sites proposant le concept d’achat groupé sur internet. Le site négocie avec des marques et enseignes, des remises sur leurs produits et/ou services, conditionné par un un achat d’une quantité minimale (en fonction du nombre des membres du groupe d’achat). Le concept commence à cartonner depuis 2007, mais c’est Groupon, actuellement un leader mondial de ce business model qui a fait un buzz à travers ses bons plans, surtout avec une crise économique mondiale, qui a poussé les consommateurs à devenir de plus en plus radins dans lors de leurs achats.

Au Maroc, avant même la fin du mois de janvier 2011, on a eu en ligne 2 sites proposant des daily deal sur internet (typique à celui proposé par Groupon mais avec une taille à la marocaine), il s’agit bien de mydeal.ma et hmizate.ma (lancé à peine aujourd’hui). Le 1er (relativement pionnier sur le marché) propose des deals pour les villes de Casablanca, Rabat, Marrakech, Fes, Agadir et Tanger;  sorte de remises sur des massages, séjours en hôtels…Certains plans ont cartonné, notamment celui où on a proposé des tickets de cinéma (Mégarama) à -50%, et derrière un buzz qui a été crée. Après avoir expliqué le concept, passons alors à analyser sa viabilité, est ce un modèle économique qui peut contribuer au développement du e-commerce au Maroc? le boom que connaît ce concept n’est-elle pas conjoncturel, du fait que nous traversons une crise économique répercuté sur les revenus des ménages, et du coup sur leurs dépenses?

Une chose est sûre, le e-commerce au maroc est dans ses débuts, avec un chiffre d’affaires dépassant les 100 millions de dirhams en 2009 (en attente des chiffres 2010), et avec une forte croissance dûe essentiellement au taux de bancarisation des marocains soutenu, et avec le lancement de plusieurs sites web proposant des services de paiement en ligne (primo.ma, microchoix, epicerie.ma….), un service proposé également par certaines entreprises (Lydec, Méditel, IAM), le e-commerce au Maroc vit certainement une période de transition historique au Maroc, notamment après accordé sur la loi de finances 2011, la possibilité de disposer d’une carte d’achat de services (hébergement web, voyages…) sur des sites à l’international (carte plafonnée pour 10.000 dirhams/an).

Les sites du daily deal sur internet commencent à ouvrir la porte aux consommateurs bien avertis de faire des  »bonnes affaires », et les budgets déployés sont relativement considérables (une campagne de communication de hmizate.ma assez large; panneaux publicitaires partout à Casa et Rabat), du coup on en peut conclure, que leurs business plans tablent sur des revenues et des performances commerciales importantes.

Enfin, j’insite à signaler que ce type de concept ne peut que développer la notoriété du e-commerce au Maroc, et créera certainement une nouvelle dynamique d’une économie marocaine en plein chantier

Ahmed Benjas

Irak : l’horreur ordinaire révélée par Wikileaks

Le Monde, conjointement avec le New York Times, le Guardian, le Bureau of investigative journalism et le Spiegel, a pu consulter en avant-première 400 000 rapports de l’armée américaine en Irak, rendus publics ce vendredi par le site Wikileaks, spécialisé dans la publication de documents confidentiels. Il s’agit des rapports d’incidents, rédigés par les officiers sur le terrain, qui constituent le fichier SIGACTS (« significant activity ») des forces américaines de janvier 2004 à décembre 2009. Une masse de documents qui décrivent, jour à près jour, les attentats, les échanges de tirs, les fouilles de caches d’armes, les arrestations, et les violences contre les civils.

Confidentiels, les « rapports d’incidents » ne sont pas classés secret défense. Les documents publiés par Wikileaks ne contiennent pas les rapports des forces spéciales américaines, ni les mémos des services de renseignement. Des évènements majeurs des six années d’occupation couvertes par ces fichiers, comme la mort de quatre mercenaires de l’entreprise Blackwater qui a déclenché la première bataille de Fallouja, en avril 2004, n’y sont évoqués que de manière très brève et imprécise.

L’intérêt de cette masse de documents est ailleurs : les 400 000 rapports jettent un regard nouveau sur le lourd tribut que les populations civiles ont payé à la guerre. Les cadavres de milliers de femmes et d’hommes, victimes d’exécutions sommaires, ont été découverts par les soldats américains. Ces mêmes soldats ont tué au moins six cent civils en six ans aux checkpoints, ou en ouvrant le feu sur des véhicules pris pour une menace. Un nombre indéterminé, et minimisé dans les rapports, d’Irakiens ont été les victimes collatérales des frappes aériennes contre les insurgés.

Les documents montrent également que les violences de la police irakienne, régulièrement minimisées par l’état-major américain, sont une réalité quotidienne des soldats du rang, témoins directs de tortures pratiquées à grande échelle et couvertes par une partie de la hiérarchie policière. Les violences des soldats américains, notamment lors de l’arrestation des suspects, est aussi évoquée par les 400 000 fichiers. Le comportement des forces de sécurité privées, promptes à ouvrir le feu y compris pour les motifs les plus futiles, est également abondamment décrit.

Les fichiers offrent aussi, pour la première fois, un regard “de l’intérieur” sur la conduite de l’occupation et ses pratiques. Ils disent à la fois l’ennui, l’absurdité, le stress du quotidien des soldats.

Le Monde consacre un dossier spécial à ces fichiers irakiens dans son édition du 24-25 octobre, en kiosque samedi à partir de 11 h à Paris et ensuite en province, avec notamment les décryptages des grands reporters du Monde ayant couvert la guerre et l’occupation de l’Irak. L’ensemble de ce dossier spécial, préparé parPatrice ClaudeYves Eudes et Rémy Ourdan, du Monde, et Damien Leloup, du Monde.fr, sera également accessible sur l’édition abonnés du Monde.fr. Au sommaire : les dessous de la saga Wikileaks, le Pentagone face aux révélations, et l’analyse de « l’escalade de la force » et de la « banalité du mal » dans l’Irak occupé.

Lemonde.fr

 

%d blogueurs aiment cette page :