Accueil > Non classé > L’ESPRIT DU COACHING

L’ESPRIT DU COACHING

Le coaching, c’est si simple, que pour en faire un métier « sérieux », nous pourrions céder à la tentation de le rendre plus complexe. Or paradoxalement, c’est la simplicité même du coaching qui en fait un métier à la fois original et pas si facile à exercer, peut-être surtout en occident.  Pour commencer à explorer la simplicité du coaching, je vous propose quelques réflexions sur son esprit .  Car c’est l’esprit du coaching qui en fait son originalité voir sa marque , et pas la multitude de méthodes que l’on pourrait être tenté de développer sous couvert de coaching, peut-être surtout pour se démarquer

Pour bien situer la spécificité de la démarche de coaching dans sa simplicité , il est d’abord recommandé de comprendre ce qu’est un simple dialogue lorsqu’il a lieu entre deux personnes et de façon « naturelle » ou sans coach.  Ce n’est qu’après une claire compréhension de la nature et des résultats d’un dialogue que le rôle du coach peut être précisé dans sa fonction d’accompagnement de ce type de conversation. Il s’agit ici du type de dialogue que développe le physicien David Bohm dans son ouvrage « On Dialogue », (Routledge Classics, NY, 1996).

Le « dialogue » en général : Selon Bohm, le dialogue entre deux ou plusieurs personnes est une interaction verbale relativement fluide, constructive et respectueuse du sens véhiculé par les motsque contribue chacun des interlocuteurs.  Etymologiquement, le mot « dialogue » vient de « dia » qui veut dire « à travers » (et aussi « séparer » ou distinguer, et non seulement « deux »), et « logos » pour le « mot » ou encore le « verbe » qui véhicule un sens.  Nous pouvons ajouter  ou préciser que selon Bohm, un véritable dialogue n’a pas d’objectif autre que de « partager » (dans le sens de « mettre en commun ») ou faciliter l’émergence de nouveaux sens qui se révèleraient peu à peu et qui deviendraient relativement communs aux partenaires en conversation.  Par conséquent, la pratique d’un dialogue entre plusieurs personnes leur permet peu à peu d’élaborer une nouvelle communauté de sens dont le contenu précis est généralement imprévisible ou émergeant. 

Lors d’un dialogue entre deux ou plusieurs personnes, l’échange ou plutôt le co-accompagnement est porté par tous les partenaires en conversation.  Chacun intègre à chaque étape la contribution des interlocuteurs précédents et contribue lui-même à l’élaboration ou l’apparition progressive d’un nouveau sens relativement partagé.  Chacun écoute attentivement pour ensuite développer ou modeler le sens partagé, afin de créer une nouvelle forme conceptuelle collective.  Le dialogue est une interaction résolument émergente dans le sens où personne n’a d’ a priori bien défini quant aurésultat final du contenu de la conversation.

Par conséquent, un dialogue est une conversation qui consiste à faire avancer ou plutôt laisser émerger un sujet, ou encore à construire un sens nouveau et collectif presque sans en avoir l’objectif.  Chaque locution élabore sur la précédente, prépare la suivante et l’ensemble chemine vers une nouvelle destination qui peu à peu se révèle ou émerge de l’ensemble dialogué.

Pour être productif, un dialogue s’inscrit au sein d’un échange de sens sans qu’il n’y ait obligatoirement des enjeux en terme d’objectif.  Son résultat est d’autant plus important qu’il n’est pas au centre des préoccupations conscientes des partenaires en conversation.  Cet échange libre et respectueux des positions des uns et des autres permet souvent l’élaboration voire l’apparition ou « l’émergence » quelquefois surprenante, presque spontanée et relativement partagée de nouveaux points de vues, de nouveaux sens, de nouvelles directions ou encore de solutions précédemment non perçues.

Le « dialogue » avec un coach : Lors d’une conversation avec un coach, la nature de l’échange est relativement différente.  Le client parle alors que le coach l’écoute attentivement, surtout pour faciliter cette expression et éventuellement pour comprendre le sens de ses propos.

  • ATTENTION : le rôle du coach consiste surtout à laisser au client l’espace et le temps de sentir, de réfléchir et de développer sa pensée, de préciser, d’élaborer voire de découvrir son idée jusqu’au bout.  L’écoute respectueuse et attentive du coach permet au clientd’élaborer progressivement le sens qui l’habite et qu’il souhaite exprimer.

En coaching comme lors d’un dialogue, le propos du client évolue et aboutit souvent, sinon systématiquement, à un résultat différent de celui qu’il envisageait au début de sa réflexion exprimée.  Face à l’écoute attentive et silencieuse du coach, la  formulation du client, ou la verbalisation du sensqu’il cherche à « mettre en forme » tout naturellement se modifie, se remodèle et se précise et peu à peu.

Il est utile de souligner que dans un premier temps, le coach ne va ni « répondre » ni intervenir, mais plutôt se taire afin de laisser au client un véritable réceptacle à ses propos sous la forme d’un silenceou d’un « vide » à la fois attentif et accueillant .  Au sein de ce vide pourra alors progressivement émerger la forme essentielle et le fond pratique que le client voudra donner à ses préoccupations.

Puisque « le vide appelle le plein », le coach silencieux offre au client l’espace ou le creuset créateur au sein duquel le client peut véritablement donner une forme au sens profond de la réalité qui l’habite.   Par conséquent, la première véritable technique de coaching est d’offrir un espace silencieux qui permettra au client de se découvrir et quelquefois se redéfinir.  Il en résulte que si le coaching procure un espace professionnel facilitant le dialogue, celui-ci est tout d’abord au service du développement du « sens » que le client cherche à formuler ou définir.

Ce n’est que par la suite et de façons très subtiles, que d’autres techniques de coaching sont judicieusement choisies et proposées par le coach pour permettre au client d‘aller un peu plus loin, et selon son choix. Par conséquent, les propos et la compétence du coach servent aussi à offrir au client quelques occasions de se confronter à divers tremplins de remises en question, de changements de cadre de référence.

Pour proposer ces tremplins, le coach peut poser quelques questions choisies dans le seul but d’aider son client à se recadrer afin d’explorer ou de développer encore un peu plus loin et quelquefois autrement le sens de ses propres propos.  Il s’agit de poser  quelques questions et « semer » quelques reformulations et relances afin d’aider le client a découvrir de qu’il a au plus profond de ses croyances, de ses attitudes, de ses motivations et de ses ambitions.

Encore pour aider le client à cheminer sur son propre parcours, le coach peut de temps en temps (et avec parcimonie) participer de façon plus active à l’élaboration du sens du dialogue du client, mais sans jamais s’attacher à sa propre contribution.  Celle-ci se doit d’être entièrement au service du cheminement du client.

Au cours de cette recherche ou de ce développement de sens par le client , il ne peut pas apparaître de la part du coach une quelconque tentative volontaire ou inconsciente d’influencer, de diriger ledialogue voire de réellement y participer .  Il ne doit ni « répondre » ni tenter de diriger voire de convaincre, au risque de transformer le dialogue personnel du client en discussion avec le coach.

  • ATTENTION : La racine étymologique du mot « discussion » serait synonyme « d’agiter ».  Une discussion concerne surtout un échange d’arguments où chacun œuvre à d’imposer son point de vue, ce qui exacerbe le risque de ne pas écouter l’autre, et peut provoquer une véritable opposition ou dispersion de sens.  Cela aboutirait au contraire de l’objectif d’un dialogue.

Par conséquent, à la différence d’un expert qui est payé pour avoir des réponses et pour savoir les vendre sinon les imposer, un coach est un professionnel de l’accompagnement du dialogue qui œuvre plutôt à faire de la place au sein de la conversation avec son client individuel ou collectif pour faciliter l’apparition ou l’émergence presque spontanée de ses propres solutions.

  • EXEMPLE : Lors d’une conversation de coaching individuel ou d’équipe, il n’est pas rare de constater que le client aboutit à une clarté qui lui est lumineuse, et qui échappe totalement à la compréhension du coach.  Cela est réellement sans importance dans la réussite de la démarche.

Cela souligne que l’accompagnement d’un coach peut être performant alors même que le client chemine dans des domaines qui sortent totalement des zones d’expertise de ce premier.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :